Paris
Nord de Paris

L’accueil en entreprise : Un seuil d’évaluation du bien vivre au travail, du vivre avec.

 

Lors de phase de recrutement, les RH,  recruteurs, insistent sur deux notions : le savoir-faire et le savoir-être.

La première semble très claire puisqu’elle relève de l’action, de l’aptitude à réaliser une tâche spécifique, la seconde reste plus complexe dès lors qu’elle reflète des qualités professionnelles « implémentées » dans un environnement professionnel. Lorsque vous partagez un bureau avec des collègues ou êtes en contact avec des clients, la politesse, le respect des autres, la convivialité sont des atouts recherchés par les employeurs.

On attend des candidats qu’ils se révèlent des acteurs investis de ces deux principes fondamentaux.

« L’étude Pôle Emploi sur les compétences attendues par les employeurs (juin 2016) révèle que faire preuve d’un bon relationnel est un facteur déterminant pour les activités de contact avec le public ».  info ici

Mais qu’en est-il des entreprises, accueillant des salariés, des prestataires de service, des intérimaires, qu’ils soient nouveaux ou anciens ? L’accueil accordé à tous est-il à la mesure des exigences que fondent les dirigeants sur leur collectif de travail ?

Peut-on s’attendre des dirigeants, la même qualité de savoir-faire et de savoir être dans l’accueil quotidien de ses collaborateurs ?

Si oui, la première interrogation devrait être :

A quelle intitulation la subordonner ? A La QVT (Qualité de Vie au Travail), la RSE Responsabilité Sociale des Entreprises, prévention primaire, économie de marché….

Puis la seconde question, comment les mettre en œuvre ?

Par l’accès au droit et à l’information, dans un parcours professionnel d’accueil et de formation à l’éthique, d’un management participatif, ou d’un  management complice comme l’explique brillamment Vincent Cespedes, philosophe.

La Qualité de Vie au Travail commence par l’accueil des personnes, parler, s’intéresser et il perdure ainsi jour après jour.

C’est une diligence quotidienne, personnelle, collective et connective à affilier dans l’organisation de toute journée de travail.

La répétition des actions de ce nouveau savoir-faire crée le terreau de pratiques professionnelles nouvelles à créer. Ce savoir-être des salariés, managers inclus, étaye l’identité d’une entreprise.  Cette attention individuelle ne peut perdurer qu’avec l’encouragement d’une dynamique managériale d’ensemble.

 

Image Le Jardin (18) GERLI >hospitalité. Collaboration. Entretien. Apprivoisement. Chez-soi. Culture

Jeu du Phenix :  Vincent Cespedes 

 

Isabelle Rochebois, Liliane Gonzalez

 


Les Commentaires sont fermes.