Paris
Nord de Paris

Qualité de vie & travail

 

En juin 2013 est signé un accord interprofessionnel l’ANI-QVT : « Vers une politique d’amélioration de la qualité de vie au travail et de l’égalité professionnelle ».

Il est suivi d’un plan santé au travail 2016-2020. Depuis quelques années, les entreprises sont invitées à penser leurs nouveaux schémas d’organisation du travail en favorisant ou entretenant, de bonnes conditions de travail et de vie de leurs salariés, sans pour autant renoncer aux politiques d’optimisation de la performance.

En effet, l’ouverture des marchés du travail avec sa compétitivité féroce implique :

  • La mise à jour permanente des salariés sur les nouvelles technologies,
  • L’adaptabilité régulière à de nouvelles formes d’organisations du travail,
  • Le prolongement des carrières professionnelles avec le recul du départ légal à l’âge de la retraite,

Cela conduit les individus, les collectifs de travail et l’ensemble des entreprises, à relever le défi complexe du changement permanent.

Le service social du travail est sollicité régulièrement par les directions, les salariés, et les partenaires sociaux, au sein des projets de soutien aux politiques de conduite du changement bienveillant. A l’interface de la vie professionnelle et de la vie privée, je constate avec objectivité, que ces conditions de qualité de vie au travail ne se limitent pas à la sphère de l’entreprise.

J’entends encore mes parents m’enseigner ce dogme révolu : « quand tu vas travailler, tu laisses tes problèmes à la porte de l’entreprise et tu les reprends en partant ». 30 années d’expérience professionnelle plus tard, je réalise qu’il est impossible dorénavant, d’appliquer ce principe (si toutefois il l’a été dans cet autrefois ?!)

Les nouvelles technologies, les nouveaux canaux de communication, les nouvelles organisations de travail, la mutation de la population sont des éléments qui ont favorisé la dilution de cette frontière entre ces 2 sphères « vie professionnelle-vie privée ».

Il s’agit bien aujourd’hui de penser l’entreprise, non pas comme la responsable factorielle de tous nos maux ou de toutes nos réparations symboliques pour exister dans notre société moderne.

La qualité de vie au travail ne doit pas être déniée mais elle doit avant tout s’inscrire dans une qualité de vie globale dans laquelle ne doit pas s’effacer la qualité de vie sociètale et familiale.

Il s’agit bien d’une histoire de solidarité et d’ouverture à la fois individuelle et collective.

 

Isabelle Rochebois

Image extraite de COMICS Retournés de Gabriela MANZONI aux éditions Séguier

 


Les Commentaires sont fermes.