Paris
Nord de Paris

Faut-il mettre de l’affectif dans nos relations professionnelles ?

 

 

Bientôt la semaine pour la QVT, qualité de vie au travail du 9 au 13 octobre 2017.

Elle est organisée par l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact) et son réseau d’Associations régionales (Aract). Elle se déroulera cette année du 9 au 13 octobre 2017 avec  un thème placé sous le signe du développement des compétences managériales : « Un management de qualité, ça s’apprend ? ». plus d’info ici
En écoute et sollicité la plus part du temps par les questions privées des salariés, nous sommes, nous service social du travail, intimement et discrètement questionner sur ce sujet. Nos échanges avec les managers ou responsables de proximité, portent souvent sur l’affectif dans la relation avec les collaborateurs, la confidentialité des informations détenues, où commence ou s’arrête leur aide…

Les managers sont témoins des souffrances de leurs collègues et sont souvent très mal à l’aise pour l’aborder.

Est-ce être dans l’affectif ou est ce être attentionné ?

Alors quoi faire ?
-Rester insensible : « on doit laisser ses problèmes chez soi » « on ne doit pas montrer sa sensibilité au risque de perdre son autorité » « il faut gérer son affectif » « tu es trop dans l’affectif »
-S’y pencher, voir comment aider ? Observer son collaborateur se refermer sur lui-même car il ne veut pas montrer sa faiblesse. Donner le change ! Chacun dans sa bulle… et vaille que vaille !
Pourtant l’affectif, qui est dérivé du latin adfectivus ( qui exprime du désir), reste au cœur de nos intentions humaines. Tout être humain est un être de désir, comment le nier, le rationaliser ?
Ne pas parler, parler peu ou trop ? Et surtout avec qui ?

Et vous, vous faites comment ?

Je vous invite :
• à lire : l’article récent de Pascale Senk « Ne pas mêler l’affectif au travail est impossible » de l’interview de, Isabelle Méténier Psychologue et formatrice et l’auteur de Histoire personnelle, destinée professionnelle (Éd. Dervy). « En ce sens, on a tort de dire «il ne faut pas mêler l’affectif au travail», parce que c’est impossible! Chacun de nous est un, avec cœur, corps et âme indissociables. Nous ne pouvons nous «couper» d’une de ces dimensions. Et notre accomplissement vient aussi du sens que nous donnons à notre activité. Ceux qui ont l’impression de «passer à côté de leur vie» à cause de leur quotidien professionnel se retrouvent à se déprécier A lire ici

• à écouter le Dream Tank DT 199 (Thème) • Faut-il chasser l’affectif du travail ?
de Gracia Bejjani & Cie #Neoresistance
Mode d’emploi : A visionner ici http://bit.ly/2aiMabb

Dream Tanks initiés par Vincent Cespedes   en août 2016 : « des agoravidéos citoyennes dans lesquelles des internautes (appelés « Éditeurs ») s’emparent d’un thème et dialoguent avec leurs « copilotes » (les internautes connectés en direct). Cette initiative de « philosophie directe » produira cinquante Dream Tanks dès le premier mois, par des Éditeurs de 17 à 73 ans, de toutes origines et aux quatre coins du monde (France, Pérou, Thaïlande, Chine). En une année, le nombre de Dream Tanks effectués sera de 450. »
Communauté FaceBook https://www.facebook.com/pg/DreamTanks/videos/?ref=page_internal


Les Commentaires sont fermes.